Les jardins de Paris (et d’ailleurs) opèrent leur mutation sauvage.

 
Tout a commencé avec Jardins, jardin, un évènement annuel organisé au jardin des Tuileries de Paris, depuis presque 15 ans.
 
Cet évènement a été un catalyseur institutionnel de l’envie de voir revenir la nature dans la ville.
 
Le jardin des Tuileries, pour donner l’exemple, a opéré lui-même, progressivement, sa mutation sauvage, donnant la part belle aux fleurs, pour ensuite ouvrir ses portes aux légumes.
On n’y attend plus que les arbres fruitiers.
 
Dans le sillage des Tuileries, de nombreux jardins de Paris ont aussi fait leur mue (comme le parc Monceau sur la photo)
jardins
 
PERMIS DE VÉGÉTALISER
 
Avec les permis de végétaliser, un cap supplémentaire est passé. Les fleurs et les légumes quittent l’enceinte des jardins publics pour s’inviter dans les rues.
On rejoint ainsi la démarche des Incroyables Comestibles.
 
Plusieurs grande villes de France ont aussi, en cette année 2017, attribué de nombreux permis de végétaliser.
Chaque citoyen peut demander à sa commune le kit du planteur en herbe.
Mais surtout, et c’est le plus important, chaque citoyen est invité à planter, semer et bouturer, des fleurs, des aromatiques et des légumes, pour son plaisir et celui de ses concitoyens.
 
 
Citadins de France, de Navarre et d’outremer, invitez la nature en ville, et goûtez-y !
 
Photo : fleurs au Parc Monceau, Paris 8ème, 27 juin 2017.

Fukuoka, désert, pluie, sol et forêt

fukuoka-deserts

C’est dans un désert américain,

que je réalisais soudain que la pluie ne tombe pas des cieux ;

elle provient d’abord du sol.

La formation des déserts n’est pas due à l’absence de pluie ;

mais plutôt, la pluie cesse de tomber parce que la végétation a disparu.

Pour en sortir, il nous faut d’abord apprendre à régénérer les anciennes forêts.

Masanobu Fukuoka