Connaître ces 3 plantes, c’est comme posséder un trésor. Un trésor à préserver.

3 plantes sauvages comestibles poussent partout en France, à la ville comme à la campagne.

On peut vivre en pleine ville, et accéder à la ressource ultime : une super nourriture à portée de main.

Nutritives et médicinales, ces 3 plantes sont présentes dans presque toutes les villes de France. Et aussi dans nos campagnes, bien sûr.

Autant dire que les connaître, et apprendre à les utiliser, c’est posséder un atout majeur.

Le grand plantain

plantain

 

 

 

 

 

Le laiteron

laiteron2

 

 

 

 

 

 

Le trèfle.

trèfle

 

 

 

 

 

Je vous laisse vous renseigner sur leurs vertus nutritives et médicinales et sur leur utilisation (apprendre à les marier à vos salades et à les assaisonner). Elles sont connues et reconnues depuis des siècles et on trouve tout ce qu’il faut sur le net.

Mais attention : cette ressource est fragile et précieuse, il faut la préserver sur le long terme, et même contribuer à la répandre.

Si vous voulez en profiter, vous avez deux options.

Simplement cueillir ou repiquer chez soi.. et ailleurs.

Si vous cueillez seulement, surtout, veillez à seulement couper les feuilles que vous consommerez, sans JAMAIS arracher la plante. Vous pouvez les garder dans un kleenex ou un sopalin mouillé pour en garder l’humidité, c’est à dire la fraîcheur et le croquant.

Si vous voulez repiquer chez vous, entraînez vous avec un seul pied au milieu d’une vaste colonie, jusqu’à ce que vous parveniez à faire repartir la plante dans votre pot (ou dans le petit coin de terre où vous souhaitez qu’elle repousse).

Arrachez délicatement le pied, avec sa motte de terre si possible, et mettez la partie racinaire dans un kleenex ou un sopalin humide pour en garder l’humidité.

Et j’invite tous ceux qui voudront devenir des intimes de ces plantes, à en devenir aussi des propagateurs. En prélevant un individu d’une colonie, il est possible de le repiquer ailleurs et faciliter sa propagation. Essayer d’observer le biotope de la plante (ombre, arbres à proximité, type de sol) permet d’augmenter ses chances de réussite.

Je vous souhaite de bonne salades sauvages, que vous soyez en ville ou à la campagne.

Chérissons ces plantes de santé merveilleuses et abondantes ! 🙂

6 couvertures de sol faciles et durables pour les permaculteurs des Tropiques !

13087358_482698591936853_7030155988006308160_n

On sait maintenant qu’en agriculture, le sol à nu est une folie coûteuse et destructrice du sol à terme.
Il faut donc couvrir le sol, d’une façon ou d’une autre.

Les meilleurs mulchs sont ceux qui couvrent tout en le nourrissant, comme le fait la litière de feuilles dans la forêt.
Le brf et les mulchs de feuilles sont ceux qui s’en rapprochent le plus.

Mais sur un terrain sans arbre, pour obtenir cette litière permanente, il faudrait la renouveler plusieurs fois par an.
Or, ça peut se révéler fastidieux et coûteux à la longue.

Il existe des paillis plus inertes, qui assureront totalement la fonction « couverture » et assureront la fonction « alimentation » du sol de façon moins intense, mais suffisante pour la plupart des espèces.

1- les coques de coco
C’est la plus lentement biodégradable (plusieurs années)
J’ai vu un ami faire des merveilles dans ses planches à Papeete avec un tapis de coques de coco (liseron d’eau et herbes aromatiques) !

13082618_482698538603525_2343545089420104939_n

2- la bourre de coco
Plusieurs mois de biodégradation, plus d’un an en fonction de l’écosystème.
La fonction alimentation du sol est plus importante avec la bourre qu’avec les coques brutes.

13083179_482698688603510_7113473914942529899_n

3- les algues
Un super mulch, consommation complète supérieure à un an.
A utiliser sans modération quand les vents rejettent des algues sur nos plages, en les dessalant (au moins partiellement) au préalable.

13087358_482698591936853_7030155988006308160_n

4- les aiguilles de pin
Un mulch durable, pour plantes aromatiques et arbustes.

13087632_482698588603520_1807695543629450393_n

5- Les palmes de cocotier
Utilisées depuis des siècles (et probablement des millénaires), notamment dans les tarodières.

rurutu-avara-paillage-pierre-lesage-1

6- Les feuilles de bananiers
Matériau facile d’accès, assez rapidement biodégradable, mais si vous avez une bananeraie à proximité vous pouvez la renouveler régulièrement

10698498_311058122434235_4763351613179393692_n

Bonnes plantations !

Notre chaîne youtube

you

Notre page facebook

face

Ces 4 plantes sauvages sont médicinales et super nutritives. Elles poussent partout dans le monde et sont faciles à reconnaître.

cuisine_sauvage_5_800x533_large_rwd

Tout autour de nous, dans nos jardins, au bord de nos routes, de nos parkings, au pied de nos immeubles, poussent des trésors insoupçonnés.

Si l’on met à part les connaisseurs, les plantes sauvages comestibles sont méconnues, alors qu’elles sont les ancêtres de nos légumes. Et si on les compare à nos légumes cultivés, elles ont beaucoup, mais alors beaucoup d’avantages.

Elles poussent seules, sans arrosages, sans engrais, et évidemment sans pesticides.
Elles ont un potentiel nutritif incroyablement plus élevé que nos légumes maraîchers.
Leur teneur en vitamines et minéraux est simplement hallucinante.

Vous avez donc toutes les raisons de vous y intéresser sérieusement.
Faites vos recherches si vous voulez connaître les propriétés précises de chaque plante.
Tout ce que je souhaite retenir pour ma part, c’est que toutes les plantes sauvages comestibles sont super minéralisantes et incroyablement anti-oxydantes, c’est à dire réparatrices et rééquilibrantes.

Parmi toutes les plantes sauvages comestibles, 4 sortent vraiment du lot. Ce sont mes favorites ! Pour 4 raisons toutes simples.

D’abord, elles poussent partout dans le monde.

Ensuite, elles ont été depuis des siècles, et par tous les peuples du monde, considérées comme de grandes médicinales.

De plus, elles sont consommables crues, sur place lors de la cueillette, émincées en salade, ou cuites comme un légume sauté.

cueillette2
Enfin, elles sont faciles à reconnaître.
Allez dans le jardin public le plus proche de chez vous, et vous êtes quasiment certain de rentrer chez vous avec l’une d’entre elles et agrémenter dès aujourd’hui votre salade de ce soir.

Commençons par le pissenlit.
Sous ce nom, je placerai plusieurs plantes très proches et toutes comestibles.
Le pissenlit, le laiteron et l’emilia. Le nom « pissenlit » nous met sur la piste de ses propriétés diurétiques 😉
Toutes les 3 forment, à la maturité de la fleur, cette corolle blanche qui se disperse dans le vent et que tout le monde reconnaît.

 

 

La deuxième, c’est le plantain. Grand plantain ou plantain lancéolé. Une plante centrale de la pharmacopée traditionnelle. Une super salade.

plan3

Ensuite, le pourpier. Le roi, c’est le pourpier sauvage, que l’on trouve vraiment partout, mais son cousin le poupier cultivé (aux grandes fleurs) fait un très bon légume dans nos assiettes.

pou

Et enfin, le trèfle et l’oxalis, ou plutôt les trèfles et les oxalis puisque là aussi les variétés sont nombreuses.
Croquer dans une feuille d’oxalis est une expérience incroyable. La note citronnée vous saisira de surprise, une belle surprise, qui donne envie d’utiliser plus souvent cette petite merveille.Dans cette famille, ma préférée est l’oxalis pourpre, majestueux et si frais en bouche !

tr

Alors, bonnes recherches, bonnes cueillettes. Que le régal végétal vous accompagne tout au long de votre vie !