radis

Ia ora na tatou, Bonjour les amis,

Aujourd’hui, première épisode de la série “au jour le jour”, pour partager avec vous une action d’autonomie alimentaire.

On commence avec le repiquage des radis que nous avons fait cet après-midi.

Trois semaines après un semis assez dense, les radis sont bien sortis.

Comme ils sont sortis serrés, il est important de les repiquer.

 

Quand on repique, on va chercher à retrouver un collet, c’est à dire l’endroit qui fera la frontière entre la partie enterrée et la partie aérienne.

Je travaille sur une de nos jardinières fabriquées avec des palettes, au format standard, 80 centimètres sur 120.

Certains radis sont sortis et ont poussé un peu à l’écart de la motte. Pour ceux là, pas de problème, on peut les laisser poursuivre leur croissance.

 

Pour ceux qui sont sortis en motte, on peut constater les tiges blanches sous les feuilles. Ils se font concurrence, et ils n’ont pas de collet évident à trouver.

Je repique les radis à environ 4 centimètres les uns des autres. Ce qui est encore relativement serré, mais le but sera de récolter nos radis plutôt jeunes, d’ici un mois, un mois et demi.

Un repiquage après semis comme celui-là, fonctionnera sur le même modèle pour les salades, les blettes, les épinards et pas mal d’autres petits légumes.

Les radis sont faciles à cultiver et poussent partout dans le monde.

Ils se consomment crus, en salade, sont appréciés pour le croquant et le piquant.

Je serais curieux de savoir ce qu’ils donnent en lactofermentation, ce sera un truc à essayer.

 

Voilà, ce repiquage nous aura pris environ 5 minutes. Et voilà ce que ça donne.

Merci d’avoir suivi, et peut-être, apprécié cette petite chronique, disponible aussi en vidéo.
A bientôt ! Nana !